Comment bien installer son cabinet de kinésithérapie ?

Vous êtes kinésithérapeute et vous souhaitez travailler en libéral ? Vous ne savez pas par où commencer ni quel équipement de kinésithérapie choisir ? Satisform vous délivre quelques conseils pour bien préparer votre installation en cabinet.

Prévoir un budget pour l'aménagement de son local professionnel

La question du financement est très importante dans votre projet. Votre budget va dépendre de votre lieu d'implantation, des travaux à réaliser au sein de votre cabinet et du matériel à acheter. En moyenne, une installation en cabinet libéral s'élève entre 20 000 euros et 50 000 euros.

Pour commencer, faites une étude de marché de votre région. Quels secteurs sont saturés en kinésithérapeutes et quelles sont les zones en forte demande ? Votre implantation dépend des besoins de votre potentielle patientèle. Dans les régions classées en zone sous-dotée par l’Agence Régionale de Santé, l’assurance-maladie propose des aides sous la forme de forfaits annuels pour vous aider dans l’exercice de votre profession.

Voici les aides auxquelles vous pouvez prétendre :

Le contrat incitatif masseur-kinésithérapeute ou CIMK vous permet de bénéficier d'une participation financière de l’assurance-maladie sur vos cotisations sociales.

Le contrat d’aide à la création de cabinet de masseurs-kinésithérapeutes ou CACCMK vous aide à obtenir un financement pour la création de votre entreprise dans des zones en forte demande. Cette aide s’adresse aux kinésithérapeutes qui souhaitent créer ou reprendre un cabinet.

Le contrat d’aide à l’installation des masseurs-kinésithérapeutes ou CAIMK est une aide proposée pour vous accompagner dans votre installation et dans le lancement de votre activité au sein d’un cabinet déjà existant.

Le contrat d’aide au maintien d’activité des masseurs kinésithérapeutes ou CAMMK a pour but de vous soutenir dans les différents investissements au sein de votre cabinet : travaux, matériel de kinésithérapie, etc. Ce contrat vous permet également de financer vos formations complémentaires.

Une petite astuce pour bien vous installer, choisissez une zone où vos prescripteurs sont à proximité : médecins, hôpitaux, cliniques, services à la personne… Dans cette profession, le réseau professionnel est très important.

Reste maintenant à choisir une installation en cabinet existant ou l’achat d’un local, nous vous conseillons dans un premier temps de faire une location afin de vous laisser le temps d’avoir suffisamment de revenus pour investir. En effet, l’achat d’un local est gage de sûreté et de sérénité. Cependant, si vous souhaitez réaliser un achat immobilier pour votre première installation en local professionnel, vous pouvez avoir recours à un crédit ou un prêt.

Une autre solution vous permet d’avoir moins de frais, installez-vous en duo avec un confrère : ergothérapeute, ostéopathe, psychomotricien… ou en centre de santé.

Pensez à prévoir un budget travaux pour remettre votre local au goût du jour et le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite. Vos patients sont majoritairement des personnes âgées ou en situation de handicap.

Pour cette raison, il est aussi bénéfique d’avoir à disposition des places de stationnement réservées devant ou à proximité de votre cabinet pour accueillir les ambulances, les taxis conventionnés et les personnes handicapées ou à mobilité réduite disposant d’une carte de stationnement ou d'une carte intitulée "Mobilité inclusion".

Choisir son matériel de kinésithérapie pour sa première installation

L’équipement représente un coût important. Pour bien démarrer, commencez par sélectionner des fournitures qui vous sont indispensables comme :

  • une table de massage fixe pour votre cabinet et une table de massage transportable pour vos interventions à domicile ;
  • des tabourets ergonomiques et de préférence en selle de cheval pour faciliter vos déplacements ;
  • des paravents pour le respect de l’intimité de vos patients ;
  • des chaises de massage ;
  • plusieurs guéridons pour disposer vos produits de soin comme vos crèmes, vos huiles et vos gels désinfectants ;
  • un équipement de rééducation comprenant un tapis de course, un vélo, un arthromoteur ainsi qu’un espalier ;
  • des appareils de physiothérapie : électrostimulateurs TENS, ultrasons, pressothérapie, lampes infrarouges ;
  • des outils de proprioception et de motricité: ballons, compresses, balles de rééducation, bandes élastiques, coussins de stabilité, plateaux d’équilibre, rouleaux de massage.

Pensez également à rendre votre cabinet ergonomique en choisissant des outils qui facilitent votre organisation et la réalisation de vos soins. Par exemple :

  • une armoire avec des casiers transparents contenant le matériel indispensable pour différentes problématiques ;
  • un filet sous votre table de massage pour ranger vos serviettes, vos alèses et vos draps d’examen ;
  • une valise de soin pour vos déplacements à domicile.

Les appareils de kinésithérapie Satisform

Le zendos

Le zendos propose une mobilisation passive sur l’ensemble de votre dos. Selon le positionnement de vos bras sur l’appareil, les mouvements de balancement permettent un étirement en douceur de la colonne vertébrale ou favorisent un relâchement musculaire au niveau des épaules et des cervicales.

L’objectif principal de cet arthromoteur est d’aider à la décontraction des muscles et à soulager les maux de dos. Il convient parfaitement aux personnes souffrant de rachialgies (lombalgie, tassement vertébral, lumbago…).

Le mobidos

Le mobidos est un siège ergo-dynamique doté d’une selle mobile permettant de travailler la région du dos et du bassin. Cet outil de proprioception propose un plateau instable pour travailler l’équilibre et augmenter les perceptions sensorielles au niveau articulaire et musculaire.

Le mobidos participe à une mobilisation active de l’ensemble du corps. Les exercices proposés offrent un renforcement musculaire au niveau du dos, des abdominaux et du plancher pelvien. Ce siège ergodynamique s’adresse aux patients souffrant de pathologies rachidiennes telles que la coxarthrose, la cruralgie ou bien encore la hernie discale.

Le doabdo

Outil de rééducation, le doabdo s’utilise en rééducation fonctionnelle dans le traitement de la lombalgie, de la scoliose ou de la sciatique. Il permet de travailler la mobilité et l’amplitude de mouvement. Le doabdo est conçu pour proposer une reprogrammation neuromusculaire. Les mouvements dynamiques de flexion et d’extension incitent au renforcement des muscles de la zone dorsale et abdominale. Le doabdo améliore la stabilité, la coordination neuromusculaire et l’endurance physique.

Le quadrischio

Le quadrischio est un appareil de rééducation spécialement conçu pour prévenir les blessures et les troubles dorso-lombaires. Les exercices d’étirements améliorent l’élasticité des muscles et aident à une récupération plus rapide après un entraînement sportif. Le quadrischio augmente l’amplitude articulaire et musculaire et soulage les douleurs et les tensions corporelles. Une séance de 30 minutes permet notamment d’anticiper les traumatismes au niveau des membres inférieurs comme les crampes ou les courbatures.

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer. Le contenu de ce site Internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Conformément à la loi 2011-2012 du 29 décembre 2011, veuillez confirmer le fait que vous êtes un professionnel de santé Tout accepter Personnaliser