Kiné Actualité : appareillages Satisform

Une gamme d’outils efficaces pour les cabinets de généraliste

Denis Berthet, Kinésithérapeute en Bretagne, partage son expérience avec l’ensemble des appareils conçus par Satisform® dans la revue Kiné Actualité.

En tant que kinésithérapeute, il donne son opinion sur ce matériel de kinésithérapie intégré à son cabinet et qui répond à ses besoins. Il aborde les actions et les atouts du Zendos®, du DPA Med® et du Pack Actif (Mobidos®, Doabdo® et Quadrischio®) en rééducation sur des patients lombalgiques et sur certaines pathologies neurologiques.

De surcroit, Satisform® lance sa première vente privée jusqu’au 31 décembre 2020, avec des remises allant jusqu’à moins 64%. Cette baisse des prix s’accompagne de la volonté de soutenir l’économie locale et de maintenir l’activité des personnes handicapées avec lesquelles Satisform® travaille.

Pour retrouver les appareils mentionnés : www.satisform.com (vente privée jusqu'au 31 décembre 2020).
L’article est disponible pour les abonnés sur www.kineactu.com.

SATISFORM, UNE GAMME D’OUTILS EFFICACES QUI S’INTÈGRERONT FACILEMENT DANS UN CABINET GÉNÉRALISTE

Denis Berthet, kinésithérapeute en Bretagne, a équipé son cabinet de l’ensemble de la gamme Satisform®, qui répond à ses yeux aux besoins très divers de sa patientèle généraliste. Il utilise par exemple le Zendos®, un arthromoteur rachidien, avec ceux qui ont mal au dos : « à la fois les patients très algiques en phase aiguë, les lombalgiques chroniques anciens, les arthrosiques avec beaucoup de raideurs, ceux qui ont une spondylarthrite ankylosante… tous les patients ayant une mobilité rachidienne très réduite, très algique et/ou très inflammatoire, mais aussi ceux qui viennent pour une rééducation après avoir été opérés d’une hernie discale », énumère-t-il. Il aide le patient à s’installer sur l’appareil, effectue les réglages puis laisse le soin se dérouler. Cela dure 10 minutes.
« La position idéale est de placer les bras au-dessus de la tête, pour étirer les grands dorsaux, mais si ce n’est pas confortable, la personne peut placer ses bras sous le support thorax », précise-t-il. Avec les plus algiques, il faut démarrer à vitesse très faible. « Le soin est relaxant. Le but est d’obtenir une mobilisation rachidienne droite et gauche, et d’étirer le carré es lombes, les dorsaux et les transverses. »

Agir vite avec le système de DPA®

Pour la rééducation des patients lombalgiques et pour certaines pathologies neurologiques, Denis Berthet se sert également du système de décom­pression pendulaire articulaire (DPA), qu’il possède depuis une dizaine d’années. « J’ai par exemple eu récemment 2 sportifs de haut niveau qui avaient un syndrome de Little. Le DPA Med® m’amène une rapidité d’action, un confort et une efficacité qui m’épatent chaque jour », insiste-t-il. Les médecins et chirurgiens aux alentours savent que son cabi­net est équipé et n’hésitent pas à lui adresser des patients.

Les atouts du pack actif

Enfin, le kinésithérapeute s’appuie fréquemment sur le « pack actif » de Satisform®, qui associe Mobi­dos® (appareil de proprioception rachidienne, pour gagner en mobilité, en équilibre et en souplesse), Doabdo® (appareil de rééducation multi-axial compact, qui sert à travailler la mobilité, le gainage, le renforcement ou encore les étirements) et Quadrischio® (pour des étirements réciproques des psoas, quadriceps et ischio-jambiers). « Avec celui-ci, j’évalue en un clin d’oeil la souplesse du patient, et la symétrie entre droite et gauche ou entre les chaînes antérieure et postérieure. Avec le Doabdo®, je réalise des pré-bilans diagnostiques sur la souplesse latérale des carrés des lombes et des grands dorsaux, ou je propose un travail en rotation des fléchisseurs et des extenseurs, en rééducation fonctionnelle », détaille Denis Berthet.
Le Mobidos® permet de « retrouver de la mobilité, de gagner en flexion et en extension lombaires, et de travailler l’inclinaison à droite et à gauche, grâce au mouvement de circumduction, qui permet progres­sivement aux patients lombalgiques de reprendre confiance » et de lutter contre la kinésiophobie. « Progressivement, j’y associe des exercices ludiques de proprioception rachidienne avec un ballon, des élastiques ou en demandant au patient de fermer les yeux. »
L’avantage est que ces 3 appareils tiennent dans un espace restreint et s’intègreront facilement dans un cabinet de kinésithérapie classique.

Source : www.kineactu.com

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer. Le contenu de ce site Internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Conformément à la loi 2011-2012 du 29 décembre 2011, veuillez confirmer le fait que vous êtes un professionnel de santé Tout accepter Personnaliser