Récupération active : qu'est-ce que c'est ?

Après un entraînement intensif ou une compétition sportive, les athlètes sont confrontés à une baisse d’énergie importante ainsi qu’à une fatigue physique et émotionnelle. La récupération active est une méthode douce permettant de prévenir un déconditionnement à l’effort et l’apparition de blessures. Quels sont ses bénéfices et quand faut-il la pratiquer ? Voici tout ce que vous devez savoir sur la récupération active.

Récupération active : késako ?

La récupération active est une technique de sport permettant d'accélérer la récupération énergétique et musculaire. Elle consiste à réaliser des exercices de faible intensité dans le but d’optimiser les aptitudes physiques. La récupération active se pratique à différents moments : pendant ou après l'entraînement selon le sport et l'intensité des exercices effectués.

Cette pratique douce favorise le retour au calme et le décrassage des muscles. C’est-à-dire qu’elle booste l’élimination des toxines et des déchets accumulés dans les muscles au cours d’une activité sportive. Son action est de détoxifier la structure musculaire et de participer à sa régénération.

La récupération active consiste en une phase de refroidissement musculaire progressive ou aussi appelée « cool down ». La fréquence cardiaque diminue progressivement jusqu'à ce que le corps atteigne la phase de repos. Le sportif récupère en douceur tout en maintenant ses aptitudes physiques.

La récupération active est relativement facile à mettre en place. Elle se réalise au cours d’une promenade à vélo, d’un footing, d’une marche, d’une séance de natation ou bien au cours d’exercices légers de musculation. La récupération active peut également se pratiquer pendant une séance de yoga ou de Cross Fit.

L’objectif est d’inciter le corps à récupérer plus rapidement et de faciliter la reconstruction des tissus fibreux lésés par une conduite sportive intense.

La récupération active s’oppose à la récupération passive. Cette dernière ne demande pas de maintenir une activité musculaire. Elle se pratique de différentes manières : immersion dans l’eau froide ou glacée, cryothérapie, électrostimulation, balnéothérapie, rouleaux de massage, etc.

Pourquoi faire de la récupération active ?

Après un exercice intensif, l’oxygénation dans l’organisme diminue et devient insuffisante. Les muscles, carencés en adénosine triphosphate (ATP), n’ont plus assez de réserves énergétiques. Il devient alors difficile de réaliser des efforts physiques. En absence d'oxygène, le corps produit de l’acide pyruvique qui se transforme par la suite en lactate. Cet acide lactique favorise une hypoxie musculaire, soit un manque d’oxygénation dans les muscles transportés par le sang. L’accumulation de lactate est à l’origine d’une faiblesse musculaire et de lésions (crampes, courbatures…) mais aussi d’une tachycardie et d’une hyperventilation.

En maintenant une activité physique modérée à la suite d’une conduite sportive intense, vous sollicitez le métabolisme anaérolactique. Ce processus apporte aux muscles une nouvelle vague d’adénosine triphosphate pour vous permettre de conserver votre énergie et l’oxygénation dans les muscles.

Un exercice de 30 minutes seulement permet de réduire la lactatémie et de prévenir la formation de blessures.

La prévention des lésions articulo-musculaires n’est pas le seul bénéfice de la récupération active. Cette méthode sportive permet de :

  • améliorer les fonctions neuromusculaires ;
  • maintenir les aptitudes physiques et la force musculaire ;
  • entretenir l’élasticité des muscles ;
  • prévenir un état de déconditionnement ;
  • éviter les sensations de malaise et d’étourdissement ;
  • inciter à l’élimination des toxines et des déchets dans l’organisme ;
  • faire baisser la température et le rythme cardiaque ;
  • réduire les douleurs occasionnées par des exercices intenses.

La récupération active a également des bienfaits sur le plan psychique. Elle favorise un état de bien-être général, une bonne humeur et une diminution de l’anxiété. La récupération active a une influence positive sur la confiance et le dépassement de soi.

Quand réaliser une récupération active ?

Cette méthode sportive peut se réaliser au cours d’un exercice physique. Par exemple, entre deux séances de musculation pour optimiser l’énergie ou entre deux footings pour favoriser une bonne oxygénation et poursuivre l’exercice.

La récupération active est conseillée après une séance de sport pour aider l’organisme à récupérer plus rapidement. Elle peut être également réalisée le lendemain ou surlendemain après un entraînement intensif.

La récupération active est parfois associée à des étirements ou des massages ou suivie d’une rééducation passive.

Une séance de décrassage doit se pratiquer environ entre 25 à 30 minutes. Veillez à ce que l’ensemble des muscles soient mobilisés pour une récupération optimale.

Les appareils Satisform pour une récupération active en douceur

Le zendos

Les crampes et les contractures musculaires surtout au niveau du dos sont très fréquentes après une séance de sport. Offrez-vous un moment de relaxation avec le zendos ! Cet arthromoteur rachidien favorise la détente des muscles et optimise la récupération des aptitudes physiques. Les mouvements lents et réguliers permettent une décontraction globale du corps et de l’esprit. Son action antalgique permet de réduire l’ensemble des douleurs au niveau des épaules, du dos et du bassin. Vous n’avez rien à faire, juste à vous laisser guider par le zendos.

Le mobidos

Envie de retrouver de la souplesse et une aisance dans vos mouvements ? Le mobidos est un dispositif de rééducation favorisant le relâchement musculaire et articulaire. Il soulage la rigidité des muscles et améliore la mobilité au niveau du rachis et du bassin. Le mobidos permet une récupération active tout en douceur pour prévenir les blessures après une activité physique intense. L’assise ergo-dynamique permet de travailler le tonus postural, la proprioception et le renforcement musculaire.

Le doabdo

Après une séance de musculation ou une conduite sportive intense, des douleurs articulaires peuvent se faire sentir. Le doabdo propose une mobilisation active des muscles du tronc en favorisant un renforcement dynamique. Cet appareil de rééducation permet d’étirer et de travailler la souplesse de vos muscles. Il booste votre force physique, améliore votre posture et préserve votre amplitude articulaire. Le doabdo prévient l’enraidissement des muscles après une activité physique.

Le quadrischio

Le quadrischio est spécialement conçu pour travailler la structure musculaire des membres inférieurs. Son utilisation permet d’améliorer la circulation sanguine et le retour veineux. Il réduit l’apparition de crampes ou de contractures musculaires. Le quadrischio permet de travailler l’élasticité et la mobilité des muscles. Pendant une récupération active, cet outil aide à soulager les raideurs et les contractions musculaires au niveau des jambes, du bassin ou du dos.

 

Crédit image ©freepik.com

 

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer. Le contenu de ce site Internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Conformément à la loi 2011-2012 du 29 décembre 2011, veuillez confirmer le fait que vous êtes un professionnel de santé Tout accepter Personnaliser