Tout savoir sur la fasciathérapie

Les fascias sont des tissus qui maintiennent les organes ainsi que la structure squelettique de l’homme et des animaux. En cas de chocs ou de maladies, ils se rétractent et deviennent douloureux. On parle de troubles fasciaux. Pour les traiter, les médecins font souvent recours à la fasciathérapie. On fait le point sur cette thérapie des fascias.

Qu’est-ce que la fasciathérapie ?

La fasciathérapie est une thérapie douce réservée uniquement au traitement des tensions et douleurs des fascias. Elle repose sur des techniques de toucher variées : étirements, légères pressions et mouvements de glissement.
Au-delà des douleurs physiques, ce traitement a pour principal but d’activer l’autorégulation naturelle de l’organisme. Il figure parmi les spécialités de la kinésithérapie.
La fasciathérapie a été inventée vers les années 1980 par le français Danis Bois, kinésithérapeute et ostéopathe de formation. Actuellement, il est professeur des universités et directeur du laboratoire de recherche appliquée en psychopédagogie perceptive (CERAP) à l’université Fernando Pessoa de Porto (Portugal).

En quoi consiste la fasciathérapie ?

Les fascias qu’on appelle également aponévrose sont de fines membranes qui enveloppent les muscles, les os et les organes. Ils tiennent un rôle majeur dans le soutien de la structure du corps et pour cela, ils sont liés entre eux. Quand le corps se déplace, les fascias s’accordent aux mouvements grâce à leur souplesse.
En revanche, ils subissent également les effets des chocs, des blessures, des sollicitations répétitives et du stress. Sur le long terme, ces facteurs engendrent un blocage au niveau de leur mobilité naturelle. Les fascias perdent ainsi leur souplesse et se raidissent.

Les conséquences de ce phénomène sont nombreuses :
• fatigue ;
• difficultés articulaires ;
• perte de la sensation de fluidité des mouvements ;
• troubles digestifs ;
• troubles circulatoires ;
• etc.

Par des gestes de toucher précis, la fasciathérapie vise à remobiliser les fascias afin de rendre leur élasticité. De cette manière, le corps retrouve son équilibre naturel : mobilité normale, fonctions normales et bien-être rétabli.

Quels sont les bienfaits de la fasciathérapie ?

Puisque les fascias sont présents sur de nombreuses structures de l’organisme, la fasciathérapie constitue donc une méthode thérapeutique qui agit sur différentes parties du corps.
Elle intervient notamment dans le traitement des troubles provoqués par le stress à savoir les migraines, les acouphènes, les maux de ventre et les constipations.
Elle contribue également au traitement des entorses, fractures, tendinites et mal de dos. Pour les sportifs, elle apporte un soin rapide aux muscles lésés et aux os affaiblis par les exercices physiques intenses. On peut dire que cette technique a un fort impact sur la récupération.
Pour les femmes enceintes, cette thérapie aide à résoudre les problèmes circulatoires en rapport avec la grossesse. Cette thérapie des fascias est également utilisée pour soulager le mal de dos qui survient après l’accouchement.
Enfin, la fasciathérapie se révèle être un moyen efficace pour soulager les troubles physiques et psychiques provoqués par les traitements chirurgical et anticancéreux (chimiothérapie).

Besoin d’un traitement en fasciathérapie ?

Pour suivre une séance de fasciathérapie, vous devez vous rendre à un cabinet de kinésithérapeute ou à un hôpital disposant d’un service de kinésithérapie. Pour les centres de rééducation, seules quelques unes proposent cette thérapie.
En ce qui concerne la pratique, sachez que chaque séance est dirigée en individuel. Il est inutile de s’inquiéter, car le traitement est entièrement indolore.
La fasciathérapie se divise en deux phases : mobilisation douce du fascia et application des points d’appui. Dans les deux cas, le fasciathérapeute usera d’une technique de toucher délicate accompagnée de mouvements lents des fascias.
En fonction des maux traités ainsi que des besoins spécifiques du patient, d’autres techniques peuvent être employés.

La pulsologie ou la fasciathérapie vasculaire

La pulsologie un traitement destiné à l’amélioration de la circulation sanguine et lymphatique.
Elle repose sur l’analyse des pouls : amplitude, flexibilité et diffusion. Le fasciathérapeute se réfère à ces paramètres pour identifier les zones qui souffrent d’une baisse de flux sanguin. Pour relancer la circulation, il va ensuite effectuer des touchers manuels le long du vaisseau concerné.

La gymnastique sensorielle

Ayant le même principe que la rééducation, la gymnastique sensorielle est une technique qui se concentre sur contrôle des gestes, des mouvements et de la posture du corps.
Le thérapeute apprend au patient à reprendre la commande de son corps progressivement, à perfectionner son équilibre et se mouvoir correctement. Cela débute avec des exercices de mouvements simples et lents qui peuvent être réalisés en position assise ou debout.

L’accordage somato-psychique

Avoir une bonne connaissance de soi et de son corps permet de voir la relation entre son corps et son psychisme. Avec cette technique, on parvient plus facilement à détecter et à soigner les problèmes de stress et d’anxiété, les douleurs psychogènes, les troubles de somatisation et même les douleurs chroniques.
L’accordage somato-psychique se compose d’une approche manuelle, d’une approche gestuelle et d’entretiens verbaux.

La fasciathérapie présente-t-elle des contre-indications ?

Malgré la douceur de la thérapie, le fasciathérapeute se doit toujours de garder quelques précautions par rapport à son usage. En effet, ce traitement est proscrit dans les situations suivantes :
• phlébite avec suspicion de caillot ;
• hypertension artérielle sans suivi médical ;
• port de pacemaker ;
• traitement médicamenteux sous anticoagulant. 

La fasciathérapie n’est pas non plus praticable tant que les lésions des tissus et des os ne sont pas complètement cicatrisées.

Fasciathérapie : comment se déroule la séance ?

En général, au cours de la séance de fasciathérapie, vous serez invité à vous étendre aisément sur une table de massage.
Le praticien commence la consultation avec un entretien verbal pour connaître vos problèmes, vos besoins ainsi que vos antécédents médicaux.
En fonction de ce premier bilan, il va ensuite entamer des touchers légers sur les fascias situés sur la zone cible pour apprécier le niveau de tension qui s’y est présent.
Afin de corriger le problème, le fasciathérapeute effectue des mouvements d’étirements avec pressions faibles qui libèrent le fascia. Puis, il ajoute le point d’appui (appui sur la zone pendant un court moment suivi de relâchement). Ce dernier favorise en particulier le relancement de circulation sanguine et l’allègement du fascia.
Ces gestes vont être répétés, mais en étirant les fascias dans le sens contraire.
Pour parvenir à soulager entièrement le fascia, le traitement sera appliqué sur différentes parties du corps.
Noter qu’en fasciathérapie, il n’y a pas que le praticien qui travaille. Le patient participe aussi à la thérapie en faisant part de ses ressentis vis-à-vis des actions réalisées. De cette façon, il aura une meilleure compréhension du fonctionnement de son corps.
L’efficacité de la fasciathérapie est plus que notable. Beaucoup de patients souffrants de douleurs aiguës semblent avoir trouvé un soulagement au bout de trois séances seulement. Bien évidemment, un nouveau bilan sera établi après cela pour définir la durée de la poursuite du traitement.

Fasciathérapie : coût et durée du traitement

Généralement, une séance dure une heure et le prix varie entre 50 et 80 euros.
Pratiquée par les kinésithérapeutes et les médecins, elle peut être remboursée par la Sécurité sociale dans le cadre d’une prescription médicale. Par ailleurs, il faudra respecter certaines conditions comme les honoraires et la convention médicale.

Le DPA MED de Satisform : un matériel d’appoint pour perfectionner la mobilisation des articulations et l’équilibre des fascias

Le DPA MED est matériel médical très utile au soin des fascias. Il permet un mouvement passif imitant celui de la marche. Cette activité physique agit au niveau des membres inférieurs, du bassin et du rachis.
En réponse à cette stimulation, les muscles et les articulations se mobilisent, la production de collagène neuf s’amplifie et la régénération des cellules des fascias est facilitée.
L’action du DPA MED peut pallier une immobilisation des membres inférieurs qu’elle soit due à un traumatisme ou à une pathologie. Cependant, comme le mouvement créé est passif, il ne peut pas empêcher la perte de mobilité. En tout cas, il s’agit d’un moyen sûr pour la prévenir.
Il est important de rappeler que la principale prévention contre l’immobilisation est la pratique régulière d’activité physique. En cas de difficulté, rester en mouvement peut suffire.
Ajouté aux soins prodigués par le fasciathérapeute, le DPA MED sert d’alternative pour garder les fascias en bonne santé en cas d’immobilisation des membres inférieurs, que celle-ci soit passagère ou permanente. Son efficacité réside dans le fait qu’il stimule le thoraco-lombaire : il s’agit du fascia le plus important.

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer. Le contenu de ce site Internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Conformément à la loi 2011-2012 du 29 décembre 2011, veuillez confirmer le fait que vous êtes un professionnel de santé Tout accepter Personnaliser