La maladie osseuse de Paget

Le remodelage permanent du tissu osseux est assuré par deux cellules : l’ostéblaste et l’ostéoclaste. Si chez les personnes normales, ce remodelage suit un ordre défini, chez les personnes qui souffret de la maladie de Paget, la fréquence de ce renouvellement est perturbée. Fragilisation, déformation ou encore douleurs au niveau des os, cette maladie peut se compliquer et devenir handicapante. Voici tout ce que vous devez savoir sur la maladie osseuse de Paget.

Qu’est-ce que la maladie osseuse de Paget ?

Résorption et formation osseuse

Le remodelage osseux garantit la préservation de la structure osseuse. Ce remodelage est assuré par les ostéoclastes et les ostéoblastes. Si les premières cellules détruisent les vieux os, les secondes cellules, elles construisent les nouveaux os. Autrement dit, les activités de ces cellules permettent de maintenir l’équilibre et le dynamisme osseux.

Définition de la maladie de Paget

La maladie osseuse de Paget est une maladie chronique liée à des anomalies de la structure osseuse.
C’est une pathologie qui engendre un trouble du développement des os. Les ostéoclastes et des ostéoblastes deviennent hyperactifs dans certaines régions osseuses. Ainsi, le taux du remaniement osseux s’accroît et provoque une augmentation de volume. Les structures osseuses touchées prennent un aspect plus épais et sont plus fragiles.

Épidémiologie de la maladie de Paget

La maladie de Paget est plus courante chez les hommes que les femmes. Habituellement, elle survient après l’âge de 50 ans et apparaît rarement chez les personnes de moins de 40 ans. Cette pathologie osseuse est plus fréquente en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Causes de la maladie de Paget

En général, l’origine de cette maladie osseuse est inconnue. Néanmoins, dans 10 % des cas, une cause génétique est associée à l’apparition de la maladie. La prolifération des particules virales au sein des ostéoclastes semble aussi déclencher la maladie. Toutefois, la contagiosité de cette maladie n’est pas prouvée.

Comment reconnaître la maladie osseuse de Paget ?

Bien que cette pathologie soit souvent asymptomatique, des signes peuvent se constater au niveau de l’os affecté tels qu’une déformation, une hypertrophie ou des douleurs.

Les douleurs

Intenses, profondes, ou même graves, celles-ci sont davantage intensifiées pendant la nuit ou en cas de compression des nerfs. Le développement de l’arthrose rajoute des douleurs et de la raideur au niveau des articulations.

Une accentuation des bosses frontales

Le périmètre du crâne peut s’élargir. Cette atteinte du crâne favorise la compression nerveuse, et cause par la suite des céphalées. De la même manière, elle peut affecter l’oreille interne et entraîner des vertiges et de la surdité progressive. Aussi, l’augmentation du flux sanguin au niveau des os du crâne provoque une dilatation des veines du cuir chevelu.

Autres symptômes

Cette pathologie osseuse peut également se manifester par l’augmentation du volume ou l’affaissement des vertèbres.

Les deux cas peuvent se reproduire en même temps à cause de la fragilité des os touchés ce qui peut engendrer :
• la perte de taille ;
• la sensation d’engourdissement ;
• la faiblesse ;
• la posture voûtée ;
• la douleur : elle est généralement liée au pincement des nerfs de la moelle épinière.

La fragilité peut aussi affecter les os du mollet, de la cuisse ou de la partie supérieure du bras. Ces derniers peuvent paraître courbés et se fracturer facilement.

Quelles sont les complications de la maladie osseuse de Paget ?

En l’absence de prise en charge, cette pathologie osseuse peut engendrer quelques complications.

Une arthrose

Dans la majorité des cas, la complication de cette anomalie de la structure osseuse est l’arthrose. Celle-ci peut survenir chez 50 % des personnes atteintes de la maladie de Paget. Cette maladie articulaire affecte les articulations qui se situent près de l’os atteint.

Des fractures pathologiques

Étant donné que l’os touché par la maladie osseuse de Paget est plus vulnérable, il s’expose à plus de risques de fractures qu’un os normal.

Une compression des nerfs

Lorsque la structure osseuse commence à prendre du volume, les nerfs peuvent se retrouver comprimés. Il en est de même pour les structures qui traversent les petites ouvertures.
Plus grave encore, le canal vertébral risque de rétrécir et de comprimer, par la même occasion, la moelle épinière.

Une insuffisance cardiaque

Dans de rares cas, la circulation sanguine au niveau de l’os atteint devient plus importante que la normale. Or, cette augmentation du flux sanguin exige plus d’effort de la part du cœur. De ce fait, en cas d’intervention chirurgicale, cet os touché risque de saigner de façon abondante.

Un ostéosarcome

Il s’agit d’une tumeur osseuse cancéreuse qui peut se développer au cours de la maladie. Chez 1 % des personnes qui souffrent de la maladie de Paget, l’os devient cancéreux. La plupart du temps, ces personnes développent un ostéosarcome.

Comment diagnostiquer la maladie osseuse de Paget ?

La découverte de la maladie de Paget a souvent lieu pendant des radiographies ou des analyses d’une autre maladie. Sinon, elle peut être suspectée lors de l’examen clinique et de la symptomatologie. Toutefois, pour confirmer le diagnostic, il faut passer par des examens plus approfondis tels que :
• une scintigraphie osseuse : permet d’effectuer un diagnostic précoce de la maladie et de visualiser les zones affectées ;
• une radiographie osseuse : montre les épaississements ou les déformations.

Des analyses de laboratoire sont aussi nécessaires pour vérifier la calcémie, la phosphorémie et la calciurie dans le sang.

Qu’en est-il du pronostic de la maladie osseuse de Paget ?

Généralement, le pronostic de cette anomalie de la structure osseuse est très favorable. Mais le pronostic devient sombre lorsque le patient développe un cancer osseux. De même, l’apparition d’autres complications peut aussi défavoriser le diagnostic. C’est le cas d’une compression de la moelle épinière et d’une insuffisance cardiaque.

Comment traiter la maladie osseuse de Paget ?

Soulager les douleurs par les médicaments

Quand un patient ne présente aucun symptôme, le traitement est inutile. En revanche, lorsque les signes se manifestent jusqu’à entraîner des complications, un traitement est nécessaire. Il se base sur des analgésiques habituels tels que le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces médicaments sont efficaces contre les douleurs.

Par ailleurs, pour une jambe arquée plus courte, une talonnette aide à faciliter la marche.

Quant à l’intervention chirurgicale, elle est nécessaire en cas de compression nerveuse ou de remplacement d’une articulation arthrosique.

Prendre des bisphosphonates

Ces médicaments inhibent le renouvellement osseux. Ils sont à prendre :
• avant une intervention chirurgicale ;
• tout au long du traitement des douleurs osseuses ;
• en guise de prévention ou de ralentissement des complications (chez les patients qui ne peuvent pas être opérés).

Ils conviennent également aux patients qui présentent un taux sanguin de phosphatases alcalines deux fois supérieur à la normale.
En alternative des bisphosphonates, le médecin peut prescrire du pamidronate, du risédronate ou du tiludronate.

Faire une injection de calcitonine

En sous-cutané ou en intramusculaire, elle peut être une alternative aux bisphosphonates, même si elle est moins efficace.

Réaliser des apports en vitamine D et en calcium

Le calcium assure une bonne minéralisation osseuse, et la vitamine D participe à l’absorption du calcium par l’organisme. Ensemble, ils préviennent l’affaiblissement osseux.

Utiliser le DPA Med

En guise de prévention des anomalies de la structure osseuse, les médecins recommandent des exercices en charge et déconseillent l’alitement excessif. Le DPA Med proposé par Satisform répond à cette recommandation en améliorant la mobilisation articulaire par divers mouvements. Il s’agit d’un dispositif médical qui est utile en prévention ou en rééducation de la maladie de Paget. En effet, ce dispositif permet de décompresser et de mobiliser différentes structures allant du thorax et du rachis jusqu’aux genoux.
À cet effet, le DPA Med dispose de techniques passives (mouvement de la marche) et de techniques actives (renforcement musculaire).
Les premières techniques allient le mouvement lemniscatoire et la dissociation des ceintures au niveau des épaules et du bassin.
En revanche, les secondes techniques combinent différents exercices : gainage du tronc, relâchement des membres inférieurs, proprioception, mobilité articulaire
En plus de s’adresser à tous les types de patients, en mode actif ou passif, ce matériel d’appoint s’adapte également aux capacités de celui-ci. Pour un patient qui souffre de fragilités structurelles, la vitesse lente est choisie  pour un patient en phase intermédiaire, dont le rachis peut être partiellement mobilisé, la vitesse moyenne est appliquée ; et quand une mobilisation globale des membres inférieurs jusqu’au rachis cervical est possible, on utilise la vitesse dynamique.

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer. Le contenu de ce site Internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Conformément à la loi 2011-2012 du 29 décembre 2011, veuillez confirmer le fait que vous êtes un professionnel de santé Tout accepter Personnaliser