Thérapie des fascias pour une meilleure santé

La fasciathérapie est une approche manuelle qui se focalise sur les fascias. Ce sont de fines membranes qui recouvrent presque tous les organes et les muscles du corps humain. Un trouble au sein de ceux-ci peut altérer diverses fonctions du corps notamment au niveau de l’appareil articulo-musculaire et du système circulatoire. À travers cet article, nous allons vous amener à mieux découvrir les caractéristiques de la fasciathérapie : ses principes, ses champs d’applications, ses bienfaits, ses techniques et ses contre-indications.

Quelques définitions utiles

La fasciathérapie est une tout autre forme de médecine douce qui se concentre principalement sur les douleurs des fascias. Elle repose sur diverses techniques manuelles et gestuelles.
Les fascias sont quant à eux de fines membranes de tissu conjonctif qui tapissent et enveloppent les muscles et les organes. Très élastiques, ils s’accordent à toutes nos activités physiques et aux changements de position du corps. Et, comme tous les tissus de l’organisme, ils réagissent également à différents phénomènes d’agressions : traumatismes, maladies, stress… Ces derniers sont souvent responsables de leur inflammation.
Les principaux rôles du fasciathérapeute est de redonner aux fascias, sa mobilité, sa souplesse naturelle par des mouvements de toucher lents et doux. Les soins proposés par la fasciathérapie conviennent à toutes les catégories d’âges ainsi qu’à de nombreuses pathologies. Ils agissent aussi sur le bien-être.

La fasciathérapie : corrige les maux des fascias

Les fascias sont des membranes fibroblastiques de tissu conjonctif qui se composent de collagène, d’élastine (protéines) et de protéoglycanes. Ils forment des couches de gélatines translucides reliant les os, les muscles et les organes.

Les fascias sont divisés en 3 couches :
• le fascia superficiel (tissu sous-cutané) ;
• le fascia profond (lame fibreuse au niveau du cou, du thorax, de la cavité abdominale et pelvienne) ;
• et les fascias internes (intracrânien, constitué de la dure-mère, la pie-mère et de l’arachnoïde).

Ces différentes couches sont reliées les unes aux autres.

Au sein de l’organisme, les fascias jouent un rôle de matrice. En plus de soutenir les nombreuses structures du corps, ils assurent également la communication entre les systèmes. Ces fines membranes renferment des nerfs, des vaisseaux sanguins et des fibres tubulaires. Ces derniers sont responsables de la circulation lymphatique.Sous l’effet de certains facteurs (stress, anxiété, traumatisme, mauvaises positions, etc.), les fascias ont tendance à se crisper, se raidir et perdre leur mobilité. Ces phénomènes altèrent surtout la vascularisation et les apports liquidiens, ce qui pourrait être à l’origine de douleurs aiguës ou chroniques, de crampes musculaires, de troubles digestifs, de céphalées, de fatigue, de dysfonctionnements articulaires et circulatoires…De nombreuses études confirment les conséquences d’une altération des fascias sur la santé. C’est tout l’intérêt d’opter pour une approche thérapeutique agissant sur ces membranes. La fasciathérapie est présente des bénéfices aussi bien pour la santé physique que psychique.

Les multiples bienfaits de la fasciathérapie

Par sa technique douce et sa qualité de toucher, la fasciathérapie ne présente pas de risques majeurs pour la santé. Elle s’adresse à tout type de public et permet de traiter de différentes pathologies.

Troubles respiratoires : bronchites, asthmes, emphysème…

La fasciathérapie semble être efficace dans le cadre du traitement des troubles respiratoires. Par le biais de touchers doux, le praticien libère la cage thoracique et lui confère plus de souplesse et d’élasticité.

Maux de tête, migraine…

Pour les atteintes de la sphère céphalique (mal de tête, acouphène…), le fasciathérapeute explore les régions du crâne et des cervicales pour trouver la source des tensions. Puis, il va y appliquer son toucher fin pour ranimer les zones.

Traumatismes : entorse, tendinites…

À la suite d’un traumatisme, les fascias se rétractent. Cette réaction provoque une diminution de la mobilité. On parle de perte de viscoélasticité.
Elle va également impacter la circulation du liquide lymphatique, ce qui conduit à l’apparition d’un œdème. C’est ce qu’on aperçoit régulièrement lors d’une entorse.
Par des gestes précis, le professionnel en fasciathérapie travaille la détente et la souplesse des fascias. De cette manière, il réduit la douleur et facilite la récupération.

Conséquences de la sénescence

La sénescence est un terme qui désigne le processus de ralentissement de la vitalité d’un individu. Elle se rencontre notamment chez les personnes âgées. Avec elle viennent la réduction de la mobilité des articulations, la fonte musculaire et l’enraidissement tissulaire qui sont tous, bien évidemment, associés à des douleurs plus ou moins importantes.
Les actions du thérapeute visent alors à stimuler la mobilité des articulations et la souplesse tissulaire afin d’améliorer la qualité de vie du patient.

Pathologies des nourrissons et des enfants

Chez les tout petits, la fasciathérapie intervient pour traiter les problèmes liés à un accouchement difficile : plagiocéphalie (déformation du crâne du bébé), troubles intestinaux…
La fasciathérapie est également efficace pour accompagner les enfants qui souffrent de douleurs de croissance ou de scoliose.

Pathologies et rééducation sportives

Comme on l’avait déjà expliqué, les fascias réagissent en fonction de nos activités physiques. Ils confèrent au corps sa souplesse.
Dans le sport de haut niveau, les athlètes réalisent des activités de façon permanente et extrême. Cela expose leur corps à plus de blessures, à un état d’épuisement plus grand et à des douleurs.
Grâce à la fasciathérapie, les pressions au niveau des zones douloureuses pourront diminuer les rétractations des fascias.
Cette thérapie s’avère aussi utile lors des pathologies sportives comme les tendinites ou tendinopathie (affections des tendons), la capsulite de l’épaule, la fasciite plantaire (fibrose du fascia de l’aponévrose plantaire), l’entorse.

En tout, travailler les fascias aide les sportifs à gagner plus de souplesse et de mobilité. Cet avantage leur permet d’augmenter leurs performances physiques et psychiques.

La pratique de la fasciathérapie

Qui consulter pour une thérapie des fascias ?

Comme il s’agit d’une thérapie alternative, il faut savoir que la pratique de la fasciathérapie nécessite la présence d’un spécialiste. Celui-ci peut être un médecin, un kinésithérapeute ou un ostéopathe.
Étant donné que la fasciathérapie est basée sur des techniques de manipulation directes sur la peau, le praticien se doit d’avoir certaines qualités : un toucher doux et fin, une bonne capacité d’écoute et une forte précision dans les gestes.
Pour assurer la réussite du traitement, il doit agir avec bienveillance avec son patient et entretenir avec lui une relation souple. Cela servira à mieux évaluer l’avancée de la thérapie.

Le déroulement d’une séance de fasciathérapie

Pendant la séance de fasciathérapie, après avoir effectué l’anamnèse du patient (antécédents, motif de consultation, etc.), le fasciathérapeute évalue les zones de tensions par le toucher. Avec les mains, il appuie doucement sur le patient et suit de manière lente le mouvement des fascias afin de distinguer les éventuelles tensions ou zones de densité tissulaire.

Lorsque la tension est repérée, le fasciathérapeute exerce avec un toucher fin, une très légère traction afin d’étirer le fascia. Il effectue ensuite un point d’appui où il accorde un temps d’arrêt pour que le corps organise sa capacité de réaction. Ce point d’appui permet de soulager les douleurs, redonner la mobilité des fascias et relancer la circulation du sang.
Une séance de fasciathérapie dure environ 45 minutes à 1 heure. Elle peut être répétée 2 à 3 fois, selon la pathologie traitée.

Les différentes techniques utilisées

La fasciathérapie use de nombreuses techniques :
• la pulsologie ou fasciathérapie vasculaire (déterminer les zones d’altération du flux sanguin) ;
• la gymnastique sensorielle (permettre au patient de ressentir son corps) ;
• l’accordage somato-psychique (aider le patient à améliorer la relation entre son corps et son psychisme) ;
• massage profond ;
• intégration posturale ;
• relâchement myofascia ou trigger point (relâchement des tensions par des points précis ou « points gâchettes »).

Ces différentes thérapies ont un seul objectif : rétablir l’équilibre physiologique des fascias (son élasticité, sa viscosité et ses capacités de glissement et de plasticité).

Les formations en fasciathérapie

La fasciathérapie est inspirée par de différentes techniques thérapeutiques. Il existe alors de diverses formations praticables la concernant.
Elle figure dans la formation des ostéopathes. Celle-ci dure 5 ans et est réalisée dans des écoles agréées par le Ministère de la Santé.
Pour les médecins et les kinésithérapeutes, une formation de 3 ans est indispensable s’ils veulent obtenir le « Diplôme d’Université de Fasciathérapie ».
Il existe aussi une autre forme de fasciathérapie : la fasciapulsologie. Elle a été développée par Christian Carini. Sa formation se fait en continu pendant 3 ans pour avoir un « certificat en fasciapulsologie » ou pendant 5 ans pour obtenir un « diplôme de fasciapulsologie ».

Les contre-indications de la fasciathérapie

La fasciathérapie est contre-indiquée en cas de phlébite profonde (caillot de sang dans les veines) et de blessures non cicatrisées. Le thérapeute doit attendre la cicatrisation tissulaire ou osseuse.
Aussi, en cas de hernies inguinales, hernie discale ou de crise de migraine, les actes du fasciathérapeute doivent être conduits avec grande prudence.

Le DPA Med, un matériel innovant pour la fasciathérapie

Pour offrir plus de confort au patient, le fasciathérapeute peut utiliser de nombreux matériels comme le DPA Med de Satisform. Il s’agit d’une table pourvue de matelas confortable, ceinture pelvienne, fixations axillaires et de coussin de tête. Il convient parfaitement aux cabinets spécialisés en rééducation.
Le DPA Med présente de réels avantages dans la thérapie des fascias. Il permet de mobiliser les articulations, de renforcer et relâcher les muscles. C’est aussi une excellente approche pour régénérer les fascias. Il permet ainsi de limiter de nombreuses pathologies articulaires et musculaires dont les pathologies liées au rachis et à la marche.
Actuellement, plusieurs hôpitaux utilisent le DPA Med dans le cadre du traitement des maladies respiratoires en travaillant l’ampliation thoracique.
Pour conclure, la fasciathérapie traite en même temps les douleurs locales et générales de manière douce, lente et précise. Le but est d’offrir au patient une guérison complète et durable afin qu’ils deviennent indépendants dans la réalisation de ses tâches quotidiennes.

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer. Le contenu de ce site Internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Conformément à la loi 2011-2012 du 29 décembre 2011, veuillez confirmer le fait que vous êtes un professionnel de santé Tout accepter Personnaliser